Vendredi 15 juin 2018 Soirée Max Cilla à Paris au BAB-ILO

Informations-Réservations : Le Bab Ilo  9 rue du Baigneur 75018 Paris Métro Jules Joffrin ou Marcadet-Poissonniers   

Tel 01 42 23 99 19  Ouvert du mercredi au samedi de 18h à 2h00 Et les dimanches de 18h00 à 22h00

Soirée Max Cilla "Le Père de la Flûte des Mornes de Martinique":

à 19h00 : Paroles de Concert "La Marche de l'Homme" 

à 21h30 : Concert "Max Cilla, Jazz Racines des Mornes Quartet"

Entre les deux sessions : Projection du court-métrage d'Alain Agat et Christian Forêt "Conversation à une voix… avec Max Cilla" 

À 19h00  "La Marche de l'Homme"  Texte de Brigitte Costa-Léardée  dédié à Max Cilla.  Edition La Cheminante

Sur le fil tendu par la narration les mots funambules et le chant de la Flûte tissent ensemble des Paroles de Concert…

À 21h30 : Concert Max Cilla, "Jazz Racines Des Mornes Quartet"

                                                    Avec : 

Jean-Claude Montredon : batterie  Georges-Édouard Nouel : piano

et Philippe Gouyer Montout : tambou-bèlè




"La Marche de l'Homme" c'est l'histoire du premier homme ou de la première femme  qui s'est levé(e) et qui a marché pour la première fois. C'est l'histoire de tous ceux qui l'ont suivi(e) et qui continuent de marcher. C’est l’histoire de toutes les obscurités préliminaires, de tous les trous noirs, toutes les questions informulées. C’est l’apprentissage de la peur, du rire, des larmes, de l’amour... C’est donc un conte, une histoire à suivre, à vivre et à partager, pour peu qu’on lui prête l’oreille et... la vie.

Ce concert  est une invitation à un voyage évoquant les nuits musicales des cases créoles des Mornes (les hauteurs des Antilles) autour du Tambou-Bèlè et des Ti-Bwa faisant écho aux sonorités et aux charmes des forêts tropicales. À travers la Flûte de Max Cilla on retrouve le monde de l'improvisation musicale appartenant à la tradition orale des Mornes, enrichi des influences du Latin-jazz issu des musiques Afro-Cubaines et Portoricaines aspects majeurs de la musique caribéenne.